Le sésame, une petite graine aux grands pouvoirs

Sésame_fleurs

Bien que le sésame porte l’adjectif indicum dans son nom latin, il semblerait, selon certaines données récentes s’appuyant sur des écrits antiques et le résultat de fouilles archéologiques, que la chronologie concernant l’apparition du sésame dans tel ou tel lieu, doive être revue. Contrairement à ce qui a été précédemment instauré, le sésame n’a pas suivi une route d’est en ouest, mais l’exact inverse ! Les traces les plus archaïques se situent en Mésopotamie, puis en Chine, au Vietnam, enfin au Japon. Même en Égypte, l’emploi du sésame est plus ancien qu’en Chine ! Dans la tombe de Ramsès II, on a découvert des fresques qui relatent la fabrication du pain au sésame. On peut donc en déduire qu’il y a 3300 ans en arrière, la culture du sésame ainsi que ses utilisations culinaires étaient déjà connues des Égyptiens, alors que les Chinois ne l’emploient guère « que » depuis 2500 ans environ.
En Chine, le sésame est un symbole de longévité. Lao-Tseu se passait de céréales en consommant des graines de sésame. Il aurait, dit-on d’après certaines sources, atteint un âge compris entre 160 et 200 ans ! C’est également un symbole de fécondité pour les Chinois. Une tisane de graines de sésame est recommandée aux femmes qui connaissent des difficultés au niveau de la procréation.
Pour entrevoir les aspects davantage ésotériques du sésame, rendons-nous maintenant en Inde. Là-bas, on dit que le sésame est la création de Yama, le dieu de la mort. Lors d’une fête annuelle assez semblable au jour des morts occidental, on emploie le sésame dans les cérémonies expiatoires comme purificateur et symbole d’immortalité. Des prières sont adressées pour aider la délivrance des âmes détenues au purgatoire. A cette occasion, il est coutume d’offrir non seulement du sésame, mais également du riz et de l’eau. Lors des funérailles, alors que « le corps du trépassé a été brûlé, les assistants se baignent dans la rivière voisine et laissent sur le rivage deux poignées de sésame, sans doute comme viatique, ou nourriture pour le voyage funéraire, et symbole de vie éternelle offert au trépassé » (1). On prenait aussi soin d’honorer les mânes du défunt par des offrandes de pindâs, c’est-à-dire des gâteaux funéraires composés de riz, de miel et de sésame. Cela consiste donc à rendre hommage à la perpétuité de l’existence.

Qui dit sésame, dit presque automatiquement Ali Baba et les quarante voleurs. La formule magique « Sésame, ouvre-toi » est loin d’être anodine. Elle représente tout d’abord un symbole lié à la fécondité, car grâce à son pouvoir, elle ouvre à loisir le ventre de la terre, les portes secrètes de la grotte dans laquelle les quarante voleurs entassent leurs richesses. De même, la graine, par mécanisme végétatif, en s’ouvrant, donne, si le terrain et les conditions y sont propices, toute la générosité de la terre. C’est une métaphore de la graine féconde et donc nourrissante, mais également une phrase magique dans le sens où, face aux portes fermées, elle permet de comprendre que se cache l’accès secret d’un monde encore invisible. Moyen infaillible pour accéder à quelque chose, « il suffit d’un petit mot magique pour que s’ouvrent, non seulement les cœurs, mais les chemins secrets de l’inconscient » (2) qui mènent vers la grotte aux mille trésors contenue en chacun de nous.

Le sésame, plante annuelle ornementale, s’adapte sur tout type de sol. Cependant, comme il nécessite un climat chaud, on le trouvera plus fréquemment sous les latitudes tropicales et relativement sèches, comme l’Afrique subsaharienne (Soudan, Nigeria, Ouganda) par exemple, mais encore et surtout l’Asie du sud-est (Chine, Birmanie, Thaïlande, Bangladesh), l’Inde et l’Amérique centrale
Une simple tige dressée de près d’un mètre de hauteur, des feuilles ovales et pointues, aux nervures marquées, des fleurs blanches à pourpres, parfumées et tubuleuses, voilà ce qui caractérise le sésame. A maturité, les capsules – fruits du sésame – éclatent. Chacune d’elles contient environ 200 graines. Ces dernières peuvent être de différentes couleurs en fonction des variétés : plus couramment blanches ou blanc crème, plus rarement brunes ou noires. A noter que sur le marché européen, nous avons plus souvent affaire aux variétés claires du fait de la rapide croissance de ces variétés de sésame qui sont plus productives et donc plus souvent utilisées.

Sésame_capsules

Le sésame en (aroma)thérapie

La graine de sésame est constituée de nombreux éléments dont des protéines, de la lécithine, de l’amidon, des oligo-éléments, des vitamines (A, B1, B2, B3, B6, E), ainsi que des lipides. L’expression des graines de sésame permet d’obtenir une huile végétale particulièrement riche en acides gras polyinsaturés (85 %), dont tant d’oméga 6 (40 %) que d’oméga 9 (40 %). On retrouve aussi de la vitamine E dans cette huile végétale, ainsi que des lignanes telles que la sésamine et la sésamoline.
Une graine de sésame contient environ 55 % d’huile limpide, de couleur jaune pâle, au très léger parfum de noisette grillée. Cela en fait une huile assez proche de celle d’argan.

Propriétés thérapeutiques

  • Nourrissante, assouplissante, régénératrice et protectrice cutanée
  • Tonique des cheveux et des ongles
  • Antiradicalaire, antioxydante
  • Nutritive, régulatrice de l’appétit
  • Protectrice cardiovasculaire, anti-athéromateuse, hypocholestérolémiante
  • Améliore le fonctionnement de la sphère hépatique
  • Tonique de la sphère rénale
  • Anti-infectieuse
  • Sédative de la toux
  • Protectrice du SNC

Usages thérapeutiques

  • Troubles cutanés : peau sèche à très sèche, irritée, fragile, mâture, atopique, desquamée
  • Fatigue physique et psychique, épuisement nerveux, travail intellectuel et mental difficile à soutenir
  • Toux
  • Rhumatismes
  • Protection face aux agressions que constituent les rayons solaires et la pollution atmosphérique

En médecine traditionnelle chinoise et médecine ayurvédique

La première considère le sésame comme fortifiant et tonique hépatique, sanguin et rénal. Du côté de l’ayurvéda, le sésame est très souvent employé dans des cas de démangeaisons, d’urticaire, de douleurs dentaires, d’aphtes, de coup de froid et de douleurs menstruelles.
On dit de son huile, douce et astringente, qu’elle agit sur les trois Doshas que sont Pitta, Vata et Kapha. On utilise plus particulièrement l’huile végétale de sésame lors de « l’heure de Gandoush », c’est-à-dire au matin. Ce rituel harmonisant, tonifiant et assainissant consiste à pratiquer un bain de bouche d’huile de sésame, à raison d’une cuillère à soupe. On la conserve en bouche pendant un quart d’heure en la faisant circuler dans la cavité buccale. Ceci fait, on recrache l’huile et l’on se rince soigneusement la bouche à l’eau claire. L’huile végétale de sésame masse l’intérieur de la cavité buccale : les joues, les gencives, la langue, les muscles des mâchoires, etc. Ainsi, elle favorise le maintien et l’entretien de la mobilité des os qui constituent la boîte crânienne. « L’ayurvéda affirme que Gandoush embellit, illumine le visage, assainit les lèvres et les gencives, renforce les dents, stimule l’énergie vitale dans tout le corps. Si l’on en croit les textes anciens, même la parole en est purifiée » (3).

Modes d’emploi

L’huile végétale de sésame étant autant un aliment de santé qu’une huile de base en aromathérapie, il est donc possible d’en faire un usage interne comme externe.

  • Externe : il s’agit d’une excellente base en aromathérapie. On peut l’utiliser seule ou en compagnie d’huiles essentielles.
  • Interne : en consommation quotidienne dans l’alimentation comme huile d’assaisonnement.

Contre-indications et précautions

  • Bien que l’huile végétale de sésame soit une huile pour tous – du très jeune enfant à la personne âgée –, on a remarqué qu’elle provoquait assez rarement un effet sensibilisant probablement lié aux lignanes. Alors, on peut voir apparaître des prurits et des inflammations cutanées.
  • La durée de conservation de l’huile végétale de sésame est comprise entre trois et six mois.

En cuisine

  • Cette huile aromatique est une huile de cuisson populaire en Chine. Elle peut être également consommée crue comme assaisonnement.
  • Quant à la graine elle-même, elle est comestible crue comme cuite. Très souvent, elle est grillée à sec, ce qui révèle son caractéristique goût de noisette. Elle entre dans la composition de multiples mets et s’utilise tel quel sur les pains, les légumes, les salades… On l’écrase pour confectionner la pâte de téhina, une crème salée de sésame à l’huile d’olive, ainsi que la halva, une pâtisserie compacte à base de sésame et de sucre. Concassée, on la découvre dans le gomasio ainsi que dans les nougats asiatiques. En Inde, les repas s’achèvent avec le mukhavas, un mélange de graines (anis, courge, sésame…) qui facilite la digestion et purifie l’haleine.

  1. Angelo de Gubernatis, La mythologie des plantes, Tome 2, p. 347
  2. Jean Chevalier & Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, p. 879
  3. Kiran Vyas & Marie Borrel, Guérir par la médecine ayurvédique, p. 100

© Books of Dante – 2015

Sésame_graines_noires

Publicités

2 réflexions sur “Le sésame, une petite graine aux grands pouvoirs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s