Huile rouge : fabrication

L’huile rouge est le résultat obtenu après macération de fleurs de millepertuis dans une huile végétale. J’en parle déjà dans mon post dédié au millepertuis.

Ainsi donc, si vous avez par chez vous des endroits où récolter du millepertuis, c’est parfait. Si tel est le cas, pourquoi ne pas en couper un gros bouquet comme ceci :

2013-08-15 20.08.22

Dans un premier temps, procurez-vous un bocal en verre propre. Cueillez sur votre bouquet les fleurs épanouies et placez les dans votre bocal. Ceci étant fait, couvrez d’huile. Je choisis l’huile d’olive et je vous explique pourquoi amis lecteurs. Sachant que l’huile rouge que nous sommes en train de fabriquer s’adresse plus particulièrement aux affections cutanées superficielles, il est bon d’opter pour une huile végétale épaisse comme l’est l’huile d’olive, et non pas pour une huile sèche qui n’est pas adaptée à un travail superficiel, pénétrant plus profondément la peau.
Ceci fait, fermez votre bocal. Dès lors, vous avez deux solutions : le maintenir à chaleur ambiante chez vous ou bien sur un rebord de fenêtre, en plein soleil. Dans le premier cas, on parle de macération, dans l’autre, de digestion.
Par la suite, il est recommandé d’agiter doucement le bocal et d’y ajouter au fur et à mesure les les nouvelles fleurs écloses.

2013-08-15 20.08.58

Très bientôt, je posterai de nouvelles photos sur ce post afin de rendre compte de l’évolution de cette huile au fil du temps :)

17 août 2013 : après deux jours de macération en plein soleil.

17-08-2013

31 août 2013 : après 15 jours de macération en plein soleil.

Huile rouge

© Books of Dante – 2013

Découvrez mon nouveau livre !

Publicités

Phytothérapie : modes de préparation des plantes

La vertu de ce post est de regrouper la dizaine (et des brouettes…) de façons différentes d’utiliser les plantes en phytothérapie parmi les plus connues.

L’infusion : très utilisée et très simple d’usage. Il s’agit de mettre des plantes fraîches ou sèches en contact avec de l’eau bouillante durant une dizaine de minutes dans la plupart des cas. Mais cette durée peut varier selon les plantes (de 5 à 15 mn). Par exemple, le tilleul ne devra pas être infusé plus de 5 mn, au delà il perd ses propriétés sédatives et devient excitant.

La décoction : cela ressemble beaucoup à l’infusion. Cependant, une décoction est obtenue en faisant bouillir une plante dans de l’eau pendant un laps de temps plus ou moins long (2 à 15 mn, davantage s’il s’agit de parties dures telles que racines, écorces, etc.).

Mortier+pilon

La macération : contrairement à l’infusion et à la décoction, une macération s’effectue à température ambiante. Tout simplement, on remplit un récipient d’eau froide ou de vin dans lequel on dépose les plantes choisies. L’extraction se fait alors lentement (à l’inverse de l’infusion et de la décoction) puisqu’il faut compter, au minimum, quelques heures, au maximum quelques semaines. Mélanger de temps en temps afin d’homogénéiser l’ensemble.

L’alcoolature : il s’agit du même principe que la macération. Au lieu d’eau, l’extraction des principes actifs de plantes fraîches se fait dans l’alcool et la durée d’extraction peut s’effectuer sur deux, voire trois semaines, six parfois. Il est recommandé de mélanger le tout quotidiennement et de consommer rapidement car une alcoolature se conserve assez mal. On compte un part d’alcool pour une part de plante.

La teinture alcoolique : identique à l’alcoolature. La seule chose qui change c’est la proportion de plantes par rapport à la quantité d’alcool utilisée : cinq parts d’alcool pour une part de plante.

L’alcoolat : à ne pas confondre avec l’alcoolature… Il s’agit, ni plus ni moins, que de la distillation d’une ou plusieurs plantes à l’aide d’un alambic. Difficile à faire chez soi, bien entendu, si on ne dispose pas du matériel nécessaire.

Alambic

Le jus : obtenu en pressant les feuilles, les fruits ou les racines d’une plante. La centrifugeuse est une bonne idée si vous faites souvent des jus. Sinon, il vous reste toujours l’huile de coude.

Le sirop : il a pour base le jus ou d’autres préparations de plantes qui sont cuites avec du sucre.

Les huiles (macérâts huileux) : pour cela il faut utiliser des huiles à base neutre (olive, amande douce, pépins de raisin) dans lesquelles on incorpore des plantes sèches, parfois fraîches. L’extraction des principes actifs de la plante se fait à température ambiante pendant environ trois semaines. On secouera le récipient (un bocal en verre fermé avec un couvercle) une fois par jour. Dès que l’extraction est terminée, il est recommandé de stocker l’huile ainsi obtenue (après l’avoir filtrée) dans de petites bouteilles, à l’abri de la lumière. Il est préférable de n’en confectionner que de petites quantités à la fois, eu égard à la durée de conservation. Lorsqu’on installe ce macérât au soleil, on parle de digestion.

Les poudres : il s’agit de plantes sèches broyées, à la base de beaucoup de gélules qu’on trouve en pharmacie ou parapharmacie, par exemple. Il est tout à fait possible de confectionner soi-même une poudre de plante sèche à l’aide d’un petit robot ménager.

L’inhalation : elle permet de libérer les substances actives volatiles des plantes dans un bain d’eau chaude. A usage interne (cf. inhalateur).

Aromathérapie

Le bain : même principe que l’inhalation mais se destine à un usage tant interne qu’externe. Ici, on combine l’action relaxante de la chaleur aux propriétés actives des plantes diluées dans le bain (de mains, de pieds, de siège, total).

© Books of Dante