La nigelle (Nigella sativa)

Appartenant à la même famille botanique (les Renonculacées) que le bouton d’or et l’aconit tue-loup, la nigelle, dont on distingue trois espèces (1), possède un nom qui renvoie directement à la couleur de ses graines. Nigelle est un mot qui provient du latin nigellus (« noirâtre ») et, plus avant, de niger qui signifie noir. C’est l’une des raisons pour laquelle la nigelle est parfois surnommée cumin noir ou schwartzkummel comme diraient les Allemands.

Image

Nigelle cultivée

Parfois cultivée, le plus souvent plante des terrains vagues et des friches (on parle alors d’ « échappée des jardins » !), la nigelle est une petite plante annuelle rustique dont la hauteur varie généralement de dix à trente centimètres, parfois cinquante. En Afrique du nord et en Asie occidentale, elle pousse spontanément, cela explique sans doute pourquoi on en fait de multiples usages alors qu’elle est très peu usitée en France.

La nigelle a laissé des traces dans l’histoire, parfois fort anciennes : on a retrouvé des graines de nigelle dans le tombeau de Toutankhamon, ce qui atteste un usage (quant à savoir lequel ?… On parle parfois de la nigelle comme du remède universel des pharaons…) vieux de près de 3 500 ans.

Elle semble avoir été propagée par les Grecs et les Romains (2), a été cultivée en Espagne musulmane au Moyen-Âge pour ses graines aromatiques au léger parfum de carvi (Nigella sativa) ou de fraise (Nigella damascena).

Inscrite au Capitulaire de Villis (795) sous le nom de git ou gith (3), un mot dont l’origine serait arabe, ce qui n’est pas impossible du fait de l’origine méridionale de cette plante encore très populaire en Turquie et en Grèce et, plus loin, en Inde.

Un feuillage fin et plumeux, des feuilles divisées en lanières… Des fleurs bleu pâle aux très fines bractées… Des follicule soudés formant une capsule qui contient de nombreuses graines noires…

Image

Capsule de nigelle (par Karl Blossfeldt)

La nigelle en thérapie :

1. Parties utilisées : les graines

2. Principes actifs : une huile grasse qui passe pour une panacée en Afrique du nord (huile végétale de couleur ambrée à hauteur de 40 % dans les graines et dont les propriétés antitumorales et antivirales sont à l’étude), une huile essentielle (0,5 à 1,5 %), des principes amers, des saponosides, du tannin, etc.

3. Propriétés médicinales :

* Cholagogue, carminative, digestive

* Galactogène, emménagogue

* Immunostimulante puissante

* Diurétique, purgative

* Vermifuge

* Antispasmodique bronchique

* Résolutive

4. Usages médicinaux :

* Goutte, rhumatismes, douleurs articulaires

* Problèmes intestinaux : digestions lentes, flatulence, parasites

* Allergies respiratoires : poussières, asthme, rhume des foins

* Troubles cutanés, acné

* Déficiences immunitaires

* Trouble de la lactation

5. Contre-indications, remarques et autres usages :

* Les graines de nigelle peuvent être consommées fraîches ou grillées à sec. Elles aromatisent les currys, les plats de légumes ainsi que nombre de légumineuses. En Inde, à l’instar de nombreuses autres graines, la nigelle entre dans la composition de mélanges d’épices. Ce sont elles que l’on retrouve sur les pains indiens, les fameux nan.

* Si vous souhaitez tenter une infusion de graines de nigelle, n’oubliez pas de les concasser au mortier avant usage.

* L’huile essentielle de nigelle de Damas présente des propriétés anti-inflammatoires, anti-allergiques et antihistaminique puissantes. Elle est préconisée dans les cas d’asthme et de bronchite asthmatiforme.

Image

Nigelle de Damas

_________________________

1. Nigelle des champs (Nigella arvensis) et nigelle cultivée (Nigella sativa) sont botaniquement très proches et se distinguent visuellement de la nigelle de Damas (Nigella damascena) aux fleurs davantage ornementales, bleues ou blanches.

2. Mentionnée par les hippocratiques (V ème et IV ème siècles av. JC) ; bien plus tard, au début de l’ère chrétienne, Dioscoride fait l’apologie des graines de nigelle : « elles sont diurétiques, emménagogues et galactogènes, à condition de les prendre longtemps ».

3. Ce qui ajoute davantage à la confusion avec la nielle des blés dont une partie du nom latin trahi sa proximité sémantiques avec la nigelle : Agrostemma githago. Nielle des blés dont les graines sont hautement toxiques.

© Books of Dante – 2013

Découvrez mon nouveau livre !

Publicités