L’ancolie, plante alchimique ?

« Dante se servait aussi comme symbole de l’ancolie, plante mâle et femelle représentant le parfait amour, les deux principes qui se fondent pour créer » [1]. On aperçoit là une analogie avec l’œuvre alchimique.

La Dame de Dante semble être tout autant la Femme que l’Ancolie. Cette dernière – violette – est la symbiose de la puissance active du rouge (Mars, chtonien, Nadir…) et de la sagesse réflexive du bleu (Vénus, céleste, Zénith…). Cette couleur est symbole de tempérance (cf. Dictionnaire des symboles de Chevalier/Gheerbrant : article « Violet » p. 1020, article « Tempérance » p. 934. Cf. également le post sur le symbolisme du violet en section chromothérapie).

ImageCette combinaison fait que des enluminures du Moyen-Âge montrent des ancolies qui symbolisent l’amour divin, Amour parfait, par définition. Associée à l’esprit-saint présenté souvent comme une colombe (columbine en anglais, de colomba en latin, ce qui signifie colombe).

On retrouve l’ancolie sur certains blasons médiévaux et, là encore, sa signification est, peu ou prou, la même.

ImageL’ancolie, fleur d’alchimiste ? Principe de mort et de renaissance ? Je cite : « l’alchimiste agit seul ou avec deux exécutants, et parfois avec la présence d’un être aidant l’œuvre par la force de sa pensée. La présence près de l’alchimiste de la femme, « principe féminin », est essentielle. Cette présence peut être soit réelle, soit réalisée sous la forme de mariage mystique de l’alchimiste avec une déesse ou une «élue». Pour l’alchimiste, le bien et le mal, la perfection et l’imperfection, doivent être unis dans la matière en « Un », car « Un est tout », « par Lui est tout », « pour Lui est tout », « en Lui est tout » [2].

ImageL’ancolie, mâle et femelle, est donc hermaphrodite. Elle est l’union du roi et de la reine au creux de l’athanor. Ce n’est donc pas pour rien qu’elle est symbole d’Amour parfait, ce que recherchaient les alchimistes : la création de la perfection absolue.

S’il faut retenir une étymologie du mot ancolie, c’est bien celle-ci : aquilegia. C’est une étymologie que je préfère, du simple fait que cela m’évoque une autre plante, l’alchémille, dont certains alchimistes recueillaient l’eau qui s’accumulait au creux des feuilles. Cette eau, « eau céleste », est une eau végétale sécrétée par la plante elle-même en plus de la rosée et de la pluie… A ce titre, il est bon (et beau) d’observer les feuilles de l’ancolie dont les formes … recueillent elles aussi les gouttes de rosée en leur sein…

Il a été dit aussi que l’ancolie est symbole de mélancolie, sans doute de par la proximité orthographique qui existe entre ces deux mots. Seulement, d’un point de vue étymologique, cela ne tient pas, mélancolie étant issue du grec melagkholia qui signifie « bile noire », bien loin de l’Amour parfait… quand bien même il pourrait tomber dans les eaux sombres des tourments.

On aura également donné à l’ancolie valeur de folie en raison de la forme très particulière de sa fleur. Un bonnet de fou. De fou du roi, plus précisément. Alors, ici, comment ne pas évoquer le Mat ? 

ImageAu Moyen-Âge, le Fou n’était pas toujours considéré comme un simple d’esprit. « Dans son rôle de bouffon du roi, on lui attribuait une sagesse supérieure, qui faisait parfois de lui un personnage plus écouté que les plus hauts dignitaires. Par ailleurs, il n’était pas tenu de respecter l’étiquette de la cour et il bénéficiait du privilège de pouvoir se moquer impunément de tout. Comme Socrate, il était assez sage pour savoir qu’il ne savait rien. Son esprit étant vierge de préjugés et de définitions, il voyait les choses telles qu’elles étaient réellement.

Dans le tarot de Marseille, le Fou symbolise la partie de nous-même qui est à la fois assez innocente pour s’émerveiller du mystère de la Création et assez audacieuse pour en entreprendre l’exploration. […] Il est l’esprit témoin qui observe, inchangé, le théâtre d’ombres de nos existences. Quel que soit l’endroit où on le place, il tourne toujours le dos, de toute façon, au monde extérieur pour se lancer à la découverte de l’inconnu – la réalité intérieure de l’homme » [3].

Quant à l’ancolie, elle n’aura pas échappé à Albrecht Dürer qui l’a admirablement immortalisée comme nous pouvons le constater ci-dessous :

Image

Rappelons-nous que Dürer était lui-même alchimiste…

_________________________

[1], [2] : http://www.lesecretdestempliers.com/alchimie.htm

[3] : Le langage secret des symboles, David Fontana, Solar, 1994, p. 171.

© Books of Dante – 2010

Visitez la petite boutique du blog !

Publicités

La magie des plantes : alchimie et aromathérapie

Considérons une plante x ou y. En tant qu’organisme vivant, elle est dotée d’une aura, comme vous et moi (enfin, j’espère pour vous ^^). Autrement dit, elle est habitée d’une énergie. C’est une partie de cette énergie que la plante vous prodigue lorsque vous utilisez ses feuilles, ses racines, ses graines, etc. à l’occasion d’une infusion, d’une décoction ou à travers n’importe quelle autre forme galénique qui soit. Mais qu’en est-il des huiles essentielles ? Pour tenter de comprendre ce qu’il se passe, revenons quelque peu en arrière.

Avant tout, la matière végétale de base devra être exempte de toute forme de pollution ainsi que de tout autre additif de nature chimique et pernicieuse versé par la main de l’Homme. Ce n’est que dans ces conditions (entre autres) qu’elle pourra être distillée dans un alambic.

Décortiquons.

Pour fonctionner, un alambic a besoin d’une source de chaleur (élément FEU). A l’intérieur de ce même alambic, on dispose une certaine quantité d’eau (élément EAU). Sous l’action combinée du feu et de l’eau, nous obtenons une vapeur d’eau (élément AIR) qui va entraîner les molécules volatiles aromatiques dans le serpentin. La matière métallique avec laquelle l’alambic est fabriquée renvoie, quant à elle, à l’élément TERRE. Nous avons là nos quatre éléments. Mais tout cela n’est que fragmentaire. En effet, les éléments ne se réduisant pas qu’à un seul quaternaire. Observons plutôt.

Maintenant, qu’en est-il de la Lumière ? (celle-là même que la plupart des ésotériqueux boutonneux ainsi que d’autres qui ne sont plus en âge d’être infestés de bubons acnéiques oublient, ou méconnaissent, ou ignorent, etc.). On la retrouve dans la plante même, grâce au fabuleux système qui s’appelle selon ce terme magique : photosynthèse (photos, en grec, signifiant lumière). Laquelle même photosynthèse permet à la plante de tirer ses bienfaits grâce à l’étoile que nous nommons Soleil. L’Obscurité, le pendant nécessaire de la Lumière, quant à elle, est symbolisée par l’intérieur de l’alambic, véritable athanor. Mais arrivé là, cela n’est pas fini. Il nous manque le septième et dernier élément, et pas des moindres : la Nature. Ceux qui savent compter auront constater que nous avons entre nos mains 7 éléments, chiffre magique. La Nature n’étant autre que la plante placée dans l’alambic.

Comme nous le savons, après des réglages techniques minutieux digne d’un horloger et un modus operandi qui varie d’une plante à l’autre, nous obtenons l’huile essentielle (ou huile éthérée comme disent nos cousins « germains » :) ) qui flotte sur un hydrolat aromatique. Cette distillation est donc une séparation entre le subtile et l’épais (étant, lui, représenté, par la masse végétale initiale que l’on retrouve à l’état de « gâteau » dans l’alambic en fin de distillation quand les petites fées s’en sont allées ailleurs).

La distillation permet donc l’extraction (étymologie : tirer au dehors) d’une substance extirpée d’une plante par la force et le bon vouloir des éléments (que l’on se penche sur la distillation de l’hélichryse d’Italie – Helichrysum italicum ssp. serotinum – ou de la rose de Damas – Rosa damascena, et l’on se rendra très rapidement compte qu’il s’agit d’une toute autre histoire).

Comme si l’on mettait à l’air libre, comme si l’on faisait exploser à la face du monde ce que la plante possède de plus précieux mais que nous, trop pressés, ne savons voir, ne sachant que passer auprès de la plante d’un pas trop rapide. Ce que cette distillation permet d’obtenir est ce que Paracelse nommait la quinte essence, c’est-à-dire la cinquième essence, pur produit des quatre éléments réunis. Nous pouvons aisément dépasser le concept paracelsien (une connaissance s’appuyant sur une autre connaissance pour ne pas grandir ne saurait être nommée connaissance). Nous parlerons désormais, non plus de quinte essence mais d’octople essence, autrement dit : la réunion des 7 éléments cités plus haut qui en donnent un autre, le huitième, symbole d’infinitude.

Quand sonne le glas, l’esprit d’une personne se détache de son corps physique. N’en est-il pas de même lors du procédé que l’on nomme distillation, épreuve de séparation d’une infime fraction éthérée/énergétique/spirituelle du corps même de la plante ? Le parallèle est, par trop, flagrant pour ne pas être repéré sinon souligné. De ce fait, un flacon d’huile essentielle, empli de l’âme/esprit d’une plante, quand bien même la plante utilisée pour la produire est morte, cette huile essentielle est, toujours et encore, capable de nous délivrer de multiples messages. Si elle le veut. Parce que, sachez qu’une huile essentielle ne vous donnera jamais plus que ce que vous êtes capable de donner pour elle.

Entrer en communication plus profonde avec l’esprit d’une plante (enfermé dans un flacon à l’image du génie dans sa lampe ^^) ne saurait se passer d’un certain savoir-faire qui demande de s’aligner avec elle selon un même diapason. Moui, je vois d’où je suis assis les dubitatifs sarcastiques qui, dans leur fors intérieur, se disent : « Il est fou, il parle aux plantes… » De là, je leurs rétorque qu’on apprend davantage des plantes, en bonne communion, qu’avec bien des êtres humains (qu’ils se rappellent ce que l’on nomme les réseaux trophiques. La plante est, et sera, toujours le premier maillon avant l’Homme).

Ainsi donc, lorsque j’observe l’aura que propage une huile essentielle, en vertu du même principe de séparation que j’ai indiqué plus haut, je suis en mesure de dire qu’en aucun cas une huile essentielle, disons de gingembre, ne possède la même couleur d’aura qu’une main de gingembre toute fraîche.

L’Aromathérapie ne saurait donc être reléguée au vague rang d’une seule et simple technique thérapeutique. C’est une poly-technique énergétique et, partant, magique, selon la simple équation qui veut que énergie => magie. Et notez bien que je n’ai pas placé un « = » entre ces deux termes, la magie procédant de l’énergie et non l’inverse comme cela est bien trop souvent dit malgré mon goût.

Pas magique, l’Aromathérapie ?

© Books of Dante – 2012.

Découvrez mon nouveau livre !