L’huile essentielle de tanaisie annuelle (Vogtia annua)

Synonymes : tanaisie bleue, camomille bleue, camomille du Maroc, roumanin-de-plan (en provençal).

A une astéracée, l’on a donné le nom d’un astéroïde : Vogtia. Par la même occasion, l’on a débaptisé la tanaisie annuelle, la libérant de son Tanacetum annuum qui, décidément, n’a fait qu’entretenir la confusion avec sa grande cousine, la tanaisie vulgaire. Déjà qu’elle a fort à faire avec les camomilles !… L’on dit que la tanaisie bleue porte ce nom en raison de sa proximité botanique avec la tanaisie vulgaire. Faut l’dire vite. A l’exception des capitules floraux qui sont presque semblables, il n’y a pas véritablement d’autres raisons de s’émoustiller d’une similarité. Prenons cet autre nom vernaculaire, camomille du Maroc. Il n’est pas inexact sur la question du pays, mais désigne une plante qui n’a pas de rapport avec ces plantes qu’on appelle communément (et correctement) camomilles, c’est-à-dire la camomille romaine (Anthemis nobilis) et la matricaire (Matricaria recutita), abusivement nommée camomille allemande. Peuh. La tanaisie bleue se métamorphose parfois en camomille bleue. Bleue, non pas d’un point de vue botanique, mais parce qu’elle offre une incroyable huile essentielle couleur indigo, tout comme la matricaire, qui mérite davantage ce surnom de camomille bleue. Parce que c’est une camomille et qu’elle est bleue par l’huile. Simple, non ? Ainsi, l’image mentale qu’on se fait d’une camomille fait qu’on peut s’imaginer que la tanaisie annuelle prend l’allure d’une pâquerette. Apparemment, certains s’y sont laissés prendre, illustrant un article sur la tanaisie bleue avec une photographie de Bellis perennis. C’est la moindre des énormités que j’ai pu dénicher sur internet à propos de notre belle arlésienne dont tous le monde parle mais que bien peu connaissent en définitive (on n’a pas de photos ; c’est loin, le Maroc ; j’ai la flemme ; on n’y verra que du feu si je mets un autre truc ; etc.). Consignons tout de même quelques-unes de ces absurdités, comme ça, si jamais vous tombez dessus ailleurs qu’ici, vous saurez que ça en est :
– La tanaisie annuelle est plus efficace que la tanaisie vulgaire. Ce qui ne veut rien dire. A quel point de vue ?
– L’huile essentielle de tanaisie bleue contient des thuyones. Ce qui est parfaitement faux, bien entendu. Cela concerne la seule huile essentielle de tanaisie vulgaire.
– Nombre de photographies de Tanacetum vulgare illustrent flacon et emballage d’huile essentielle de tanaisie bleue, ainsi que des articles qui lui sont dédiés.
– Bien des sites anglais et francophones affectent à la tanaisie bleue des caractéristiques botaniques appartenant à la tanaisie vulgaire, de même que certaines vertus médicinales, ce qui est fâcheux.

La tanaisie bleue est une plante typique de la partie occidentale du pourtour de la mer Méditerranée. Particulièrement présente au Maroc, elle s’y déploie à proximité de localités du nord du pays (Larache, Tanger, Tétouan, Assilah…), mais aussi dans la grande plaine du Gharb au centre du Maroc, enfin plus en altitude, dans le Moyen Atlas, où elle fréquente les environs de la ville d’Azrou. Quand le Tangérois regarde au nord, au-delà des colonnes d’Hercule, se dessine l’Espagne où la tanaisie bleue est très fréquente sur le littoral andalou, et s’aventure quelquefois en direction du Portugal. En France, elle, que Charles de l’Écluse avait déjà répertoriée il y a plus de quatre siècles, se fait rare dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, tant et si bien que les menaces qui pèsent sur elle lui doivent d’être inscrite sur la liste rouge des espèces en danger critique. Le Maroc faillit bien connaître lui aussi une pareille mésaventure : une cueillette abusive amena la raréfaction de cette plante. Aujourd’hui, elle a été réintroduite en agriculture biologique à travers une volonté d’exploitation raisonnée.

D’une souche grêle, s’élève une tige dressée et pubescente, rameuse seulement dans sa partie supérieure. Dès la base de cette tige, les feuilles fasciculées se fixent à chaque nœud et s’excèdent généralement pas 15 mm de longueur. (On est loin des 5 cm que certains prétendent leur accorder.) De juillet à septembre, des corymbes denses de capitules formés de fleurs tubulées jaune d’or, se hissent en haut des tiges, faisant alors atteindre à la plante une hauteur maximale de 60 cm. Ces capitules, un  peu plus petits que ceux de la tanaisie vulgaire, donnent naissance à des akènes lisses sans aigrette.
La tanaisie bleue, rudérale et nitrophile, apprécie rien moins que l’abord des cultures et des friches, les sols dégradés, argileux ou humides, des zones sublittorales.

L’huile essentielle de tanaisie annuelle en aromathérapie

Dire que dans les années 30 Botan osait affirmer que cette plante n’avait aucun emploi médicinal, alors qu’elle est très proche de la matricaire ! Il en va , bien évidemment, tout autrement. C’est sans doute qu’il ignorait l’existence de son huile essentielle par exemple. Celle-ci est extraite des sommités fleuries par distillation à la vapeur d’eau. Bien que son rendement se situe entre 0,7 et 1,2 %, l’huile essentielle de cette plante demeure rare et chère (31,30 € les 5 ml en moyenne).
Si l’on dit la tanaisie proche de la matricaire, elle l’est tout autant de l’achillée millefeuille : elles ont ce point commun qui consiste à produire une huile essentielle bleue, témoignant de la présence de chamazulène dans chacune d’elles. Bleue, mais aussi bleu très intense, voire bleu nuit, liquide et opaque. Son puissant parfum herbeux, un peu sec, rappelle les fleurs et les fruits macérés avec peut-être une touche lactée.
Voici ce que l’on peut dire de la composition biochimique de l’huile essentielle de tanaisie bleue :

  • Monoterpènes : 55 % dont sabinène (21 %), β-pinène (7 %), myrcène (6 %), α-phellandrène (5 %), paracymène (5 %), α-pinène (4 %), limonène (3 %)
  • Sesquiterpènes : 16 % dont chamazulène (9 %), α-farnesène (2 %)
  • Cétones : 10 % dont camphre (9 %)
  • Monoterpénols : 4 % dont bornéol (2 %), terpinène-1-ol-4 (1,5 %)

Propriétés thérapeutiques

  • Anti-infectieuse : antivirale, antibactérienne (Staphylococcus sp.), antifongique (Candida sp. ; elle s’avère également efficace sur plusieurs champignons phytopathogènes comme Verticillum dahliae, Alternaria solani et Botytris cinerea, responsable de la maladie de la pourriture grise)
  • Sédative nerveuse, calmante
  • Hypotensive, tonique des systèmes veineux et lymphatique, phlébotonique
  • Anti-inflammatoire puissante, antalgique, antalgique percutanée
  • Antihistaminique
  • Tonique digestive
  • Mucolytique
  • Emménagogue, œstrogen like
  • Mimétique de la théophylline, alcaloïde présent entre autres dans le thé, réputé pour être bronchodilatateur, diurétique et stimulant psychique

Usages thérapeutiques

  • Troubles de la sphère respiratoire + ORL : asthme (en soulage les crises, les prévient), emphysème, oppression respiratoire, rhinite allergique et autres symptômes allergiques printaniers (rhume des foins), bronchiolite du nourrisson, otite aiguë
  • Troubles de la sphère circulatoire : hypertension, insuffisance veineuse et lymphatique, œdème lymphatique, congestion veineuse, risque de phlébite, varice, couperose, érythrose
  • Troubles locomoteurs : rhumatisme, rhumatisme articulaire aigu, rhumatisme musculaire, douleur, élongation et déchirure musculaires, arthrite, arthrose, douleur névralgique (névrite, sciatique), entorse, foulure, tendinite, enflement des chevilles
  • Troubles de la sphère gynécologique : aménorrhée, dysménorrhée, interruption des règles suite à une forte émotion chez les sujets délicats et sensibles
  • Troubles du système nerveux : insomnie, troubles du sommeil
  • Affections cutanées : démangeaison, irritation, inflammation, dermite allergique et irritative, prurit (y compris allergique), eczéma, eczéma sec, psoriasis, acné, érythème, rougeur cutanée, coup de soleil, sensibilité marquée de la peau au soleil, piqûre (moustique, araignée, ortie), gale, escarre, ulcère variqueux

Note : il est aussi possible d’employer l’huile essentielle de tanaisie bleue pour calmer l’incendie que pourrait provoquer sur la peau une autre huile essentielle dermocaustique employée accidentellement ou à trop forte dose.

Modes d’emploi

  • Voie cutanée pure (en geste d’urgence) ou diluée (le test du pli du coude est recommandée chez les personnes présentant une sensibilité habituelle aux plantes de la famille des Astéracées).
  • Voie olfactive.
  • Voie orale (sous avis médical).

Précautions d’emploi, contre-indications, autres informations

  • Confusion : il importe de bien distinguer la tanaisie annuelle de la tanaisie vulgaire. Bien qu’étant proches par le nom, il n’en va pas de même en ce qui concerne leur huile essentielle. Celle de tanaisie vulgaire n’est pas en vente libre en France, elle est neurotoxique, convulsivante et potentiellement abortive.
  • Cette puissante activité s’explique par un formidable taux de cétones monoterpéniques. L’huile essentielle de tanaisie bleue, si elle en contient aussi, n’affiche pas des quantités aussi énormes (environ 10 % de camphre et un peu de pulégone). C’est bien assez pour contre-indiquer cette huile essentielle durant la grossesse et l’allaitement, auprès des très jeunes enfants ainsi que des personnes sujettes à l’épilepsie.

© Books of Dante – 2020

3 réflexions sur “L’huile essentielle de tanaisie annuelle (Vogtia annua)

  1. Bien le Bonjour , on peut dire que vous tombez à pic. :0))
    Je me posais justement plein que questions sur l huile essentielle de Tanaisie depuis quelques semaines et hop! Y a qu’ à demander!
    :0)
    Je ne voudrais pas vous obliger à parler de vous en réponse à ce message, mais je vous connais depuis peu. Et même si google est censé être l’ ami de tout le monde, j ‘ évite autant que possible de lui consacrer trop de temps. D où ma question, comment vous définisseriez vous? Et quel est votre parcours ? Aromatherapeute ? + Phytothérapeute ? +Poète et Ecrivain? + Mystique?
    Bon, ok, cela n’ a au fond aucune importance. C’est juste pour la curiosité ( pas mal placée).
    Mais vous n etes pas obligé de me répondre, je peux me contenter de mon intuition.

    Merci encore pour cet article.
    A bientôt

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s