Huiles essentielles et glandes endocrines

En compulsant divers livres d’aromathérapie, peut-être vous est-il arrivé de rencontrer des expressions telles que cortison like ou encore oestrogen like, sans que vous sachiez exactement de quoi il retourne. Dans ces deux expressions, on peut aisément reconnaître les mots cortisone et œstrogènes, qui sont toutes les deux des hormones produites par le corps.
Généralement, on parle des propriétés hormon like des huiles essentielles sans plus de détails. Traduisons tout d’abord cette expression anglaise par « mimétique hormonale ». Cela revient donc à dire qu’une huile essentielle peut imiter l’action d’une hormone naturelle. Or, dans l’organisme, il existe de nombreuses glandes dont certaines sont dites endocrines et d’autres exocrines. Comme l’indique le préfixe exo-, les glandes exocrines sécrètent des substances destinées à être expulsées à l’extérieur du corps humain. Dans ce groupe, on rencontre, par exemple, les glandes sébacées, les glandes sudoripares, les glandes mammaires, etc. Au contraire, le préfixe endo- signifie que les glandes endocrines sécrètent des substances à l’intérieur du corps. Il existe même des glandes, telles que le pancréas et les testicules, qui sont dites amphicrines, dans le sens où elles possèdent double fonction : elles sont à la fois exocrines et endocrines.

Aujourd’hui, nous nous pencherons plus particulièrement sur ce qui se déroule à l’intérieur du corps, en abordant les principales glandes endocrines que sont l’hypophyse, la thyroïde, les corticosurrénales, le pancréas, les testicules et enfin les ovaires.

Mais commençons tout d’abord par la glande maîtresse qu’est l’hypothalamus. Cette glande régule le système nerveux autonome, intervient dans la régulation thermique du corps, le rythme cardiaque, la pression artérielle, la transpiration, le contrôle du rythme circadien (alternance jour/nuit), la gestion de la peur, la sensation de faim et de satiété, etc.
Quant à l’hypophyse, qu’on a longtemps considérée comme glande maîtresse avant de se rendre compte qu’elle était elle-même régulée par l’hypothalamus, elle joue le rôle d’émetteur expédiant un message en direction d’un récepteur, c’est-à-dire qu’elle sécrète différentes hormones en direction de différents organes, comme, par exemple, les hormones suivantes : hormone de croissance, hormone lutéinisante, endorphines, thyréostimuline, hormone adrénocorticotrope, hormone folliculostimulante, prolactine, mélanostimuline, etc. Plus fort encore, l’hypophyse peut aussi agir à distance sur d’autres glandes du corps humain que voici :

  • Le pancréas : organe abdominal, il est en relation avec le tube digestif. Sa fonction exocrine permet la digestion des viandes par sécrétion de suc pancréatique. D’un point de vue endocrine, il instille différentes hormones telles que l’insuline bien connue des diabétiques, mais aussi le glucagon, la somatostatine…
  • Les surrénales, au nombre de deux, sont situées au-dessus des reins et subdivisées en cortico-surrénales (métabolisme des glucides et des protides, etc.) et en médullosurrénales (gestion du stress par sécrétion d’adrénaline et de noradrénaline). Les surrénales produisent aussi la cortisone, hormone anti-inflammatoire.
  • Les ovaires produisent la progestérone conditionnant la gestation, mais également la folliculine à caractère œstrogénique agissant sur l’instinct sexuel, enfin un peu de testostérone.
  • Les testicules produisent essentiellement de la testostérone impliquée dans le développement des caractères sexuels secondaires.
  • La thyroïde : elle génère la thyroxine, hormone régulant le métabolisme et ayant une action sur la croissance physique et intellectuelle.

Ceci étant posé, nous allons pouvoir découvrir quelles sont les huiles essentielles agissant sur telle ou telle glande (mes listes ne sont pas exhaustives).

HE hypophysaires : clou de girofle, gingembre officinal, gattilier, sauge officinale, noix de muscade, sapin de Sibérie, sapin baumier, sapin argenté.

HE thyroïdiennes

  • Stimulantes : myrte vert, verveine citronnée, romarin officinal à camphre, ail, gingembre officinal, clou de girofle, cumin, cannelle de Ceylan « écorce », épinette noire.
  • Inhibitrices : myrrhe, marjolaine à coquilles, cumin, lédon du Groenland, camomille allemande, achillée millefeuille, tanaisie annuelle.

HE surrénaliennes

  • Stimulantes :  sapin baumier, sapin argenté, clou de girofle, mélèze, pin sylvestre, sarriette des montagnes, sauge officinale, gingembre officinal, genévrier commun, katrafay, pin maritime, épinette noire, romarin officinal à verbénone, citron, thym vulgaire à thymol.
  • Inhibitrices : verveine citronnée, houblon, camomille romaine, angélique, ylang-ylang.
  • Spécifiquement cortison like : cèdre de l’Atlas, épinette noire, épinette blanche, épinette bleue, ail, pin sylvestre, pin maritime, sapin argenté, sapin baumier.

HE ovariennes

  • Stimulantes : menthe bergamote, verveine citronnée, persil plat, persil frisé, épinette noire, houblon, romarin officinal à verbénone, rose de Damas, sauge sclarée, ajowan, tanaisie annuelle, gingembre officinal, thym à feuilles de sarriette, bay Saint-Thomas.
  • Inhibitrices : mélisse officinale, myrrhe, cumin, gattilier, clou de girofle.
  • Spécifiquement oestrogen like : fenouil doux, cyprès toujours vert, sauge officinale, sauge sclarée, angélique, carvi, houblon, camomille allemande, niaouli, anis vert, anis étoilé, ravensare, cèdre de l’Atlas.
  • Spécifiquement progesteron like : vétiver, achillée millefeuille, coriandre, sarriette des montagnes, romarin officinal à verbénone.

HE testiculaires

  • Stimulantes : santal blanc, menthe bergamote, épinette noire, bay Saint-Thomas, poivre noir, pin sylvestre, rose de Damas, tanaisie annuelle, ajowan, thym à feuilles de sarriette, romarin officinal à verbénone.
  • Inhibitrices : myrrhe, houblon, mélisse officinale.

HE pancréatiques

  • Stimulantes : verveine citronnée, oignon, poivre noir, livèche officinale, sauge officinale, pin sylvestre.
  • Équilibrantes : basilic tropical, genévrier commun, géranium odorant, menthe poivrée, menthe bergamote, hélichryse d’Italie, néroli, vétiver, citron, monarde, romarin officinal à verbénone.

Note 1 : parmi les huiles végétales, il se trouve que la bourrache harmonise le système hormonal, tandis que l’onagre stimule et régule les hormones typiquement féminines (folliculine, progestérone, prolactine).
Note 2 : il n’est pas conseillé d’user des huiles essentielles à activité hormon like en cas de pathologies hormono-dépendantes.

© Books of Dante – 2016

Publicités

6 réflexions sur “Huiles essentielles et glandes endocrines

  1. Merci, BooksofDante!)) Je voudrais demander votre permission de traduire cet article en russe et publier sur mon blog, certes, avec tous les liens nécessaires. De plus, je voudrais commander votre livre « Parfums sacrés », est-ce possible de l’envoyer en Russie?

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Irina, il va de soi que vous pouvez traduire cet article et le publier sur votre blog, j’en serais même honoré :) Quant à Parfums sacrés, oui, il est tout à fait commandable, il me suffit simplement de modifier les frais de port pour la Russie.

    J'aime

  3. Parfait)) !!! Je vous remercie de votre gentillesse!
    Concernant l’ordre du livre, je pourrais le payer par ma carte bleue mais je dois connaitre la somme précise inclu le prix de livraison (Il s’agit de la Russie, ville de Krasnodar).
    Alors, je reste en contact.
    Bonne journée!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s