Faire pousser du curcuma chez soi, c’est possible !

Étant un gros consommateur de gingembre frais, qu’il est possible d’intégrer dans une foule de préparations culinaires, il m’arrive moins fréquemment d’opter pour le galanga, voire le curcuma, qu’on rencontre depuis quelques années à l’état de rhizomes dans certains magasins.
Il y a environ six mois de cela, j’ai acheté trois rhizomes de curcuma, en provenance du Pérou, dans une biocoop non loin de chez moi.
Le curcuma, bien qu’asiatique, s’est accommodé à de nombreuses régions du monde, comme l’Afrique ou l’Amérique du Sud, par exemple. C’est aussi le cas du gingembre, dont on a tenté en France la culture, laquelle s’est révélée infructueuse. C’est évident qu’en France, on est très loin du climat qui sied au gingembre et, partant, au curcuma.
Mes rhizomes de curcuma, une fois acquis, ont été entreposés dans un placard frais et plongé dans l’obscurité. Au fur et à mesure de mes besoins, j’ai bien remarqué que des germes naissant grandissaient petit à petit, tels les germes de la pomme de terre qui puisent dans le tubercule pour former une tigelle qui deviendra tige portant des feuilles et… Mais nous n’en sommes pas encore là.

1-24-juillet-2016

Nous voyons, sur cette première image, les rhizomes que j’ai réservés à mon « opération curcuma ». Nous sommes alors le 24 juillet 2016. A cette date, cela fait quatre jours que je les ai placés dans cette soucoupe, avec un petit fond d’eau, renouvelé chaque jour, afin de réhydrater les rhizomes et d’activer la pousse des radicelles.
Le 25 juillet, j’ai fait l’acquisition d’un pot en terre cuite (20cm de diamètre intérieur, 17 cm de hauteur), d’une soucoupe de taille adaptée et de terreau de rempotage (on peut également utiliser du terreau universel).
Le 26 juillet, c’est le grand jour, celui de l’empotage. Je verse mon terreau dans le pot jusqu’à former une couche de 8 cm d’épaisseur environ. Je dispose sur ce lit de terreau les deux rhizomes et je les recouvre de huit nouveaux centimètres de terreau. J’arrose le tout de 15 cl d’eau, je place le pot dans ma galerie (surchauffée l’été, orientée à l’est). Et attends.
Le lendemain, soit le 27 juillet, une première pousse, appartenant au rhizome n° 1, dépasse de terre. Elle mesure 1 cm et multiplie sa taille par treize en l’espace de cinq jours. La voici au 1er août :

2-1er-aout-2016

A partir du 2 août, le rhizome n° 1 accélère la cadence :

  • 2 août : trois nouvelles pousses
  • 3 août : une nouvelle pousse
  • 4 août : une nouvelle pousse
  • 5 août : deux nouvelles pousses
  • 6 août : une nouvelle pousse
  • 7 août : deux nouvelles pousses

Entre le 7 et le 18 août, le mouvement s’arrête. Bien que de nouvelles pousses n’apparaissent pas, toutes les pousses déjà en vue poursuivent leur croissance. J’arrose environ tous les trois jours (15 à 20 cl). J’adapte mon arrosage à la température qui règne dans la galerie.

7 août 2016

7 août 2016

Le 18 août, ça repart du côté du rhizome n° 1 : deux nouvelles pousses. Une semaine plus tard, c’est au tour du rhizome n° 2 de se manifester. Un mois après l’empotage, il était temps ! Après avoir tant tardé, le rhizome n° 2 produit de nouvelles pousses les 29 et 30 août, le 3 septembre, tandis que le rhizome n° 1, déjà bien fourni, n’en produit plus aucune depuis plusieurs semaines, mais développe son feuillage.

20 août 2016

20 août 2016

Aujourd’hui, 7 septembre, le rhizome n° 1 compte 15 tiges et le rhizome n° 2 seulement 7, mais c’est ce dernier qui comporte la tige feuillée la plus élevée (48 cm), alors que la première pousse du rhizome n° 1, apparue le 27 juillet, atteint 45 cm.

7 septembre 2016

7 septembre 2016

Cela fait bientôt 1 mois ½ que mon expérience a débuté. Le pot de mes curcuma reste toujours dans ma galerie, conserve la même orientation solaire, dépend aussi des températures qui y règnent. J’ai progressivement augmenté l’arrosage, sans que jamais l’on ne voit dans la coupelle d’eau résiduelle (d’après ce que j’ai lu, le curcuma n’apprécie pas trop de trempatouiller ses pattes dans l’eau).

Pour résumer, mes deux rhizomes ont formé plus d’une vingtaine de tiges de taille et structure fort différentes. Je vais faire attention aux températures, en particulier l’hiver, saison durant laquelle ma galerie est une glacière. Sans doute me faudra-t-il rentrer le pot à l’intérieur, et prendre garde à augmenter l’ensoleillement et à réduire l’arrosage, tout cela dans le but ultime avéré : l’obtention d’une fleur ! :)

© Books of Dante – 2016

Publicités

8 réflexions sur “Faire pousser du curcuma chez soi, c’est possible !

  1. Moi aussi ! Tout en espérant que mon curcuma ne se comporte pas à la manière de bien des plantes tropicales qui ne produisent pas de fleurs lorsqu’elles sont cultivées en dehors de leur aire d’origine. Bref, affaire à suivre ! :)

    J'aime

    • Oui, pour l’instant, je suis content :) C’est bien feuillu. J’ai aussi constaté que les deux plus grandes tiges s’épaississent à la base. Sur les photos de curcuma fleuri que j’ai pu observer, ce sont les plus grosses tiges qui portent les fleurs. On verra :)

      J'aime

  2. Bonjour :) Non, pas encore. A cela, j’y vois deux raisons : tout d’abord, j’ai entamé ma plantation un peu trop tard dans l’année (mais bon, il faut bien commencer un jour). Ensuite, le curcuma, en tant qu’espèce végétale tropicale, s’adapte à nos climats continentaux, ce qui fait que, vers le mois d’octobre 2016, il a commencé à jaunir et à perdre ses feuilles pour entrer en dormance. Pour l’heure, les magnifiques feuilles que nous lui voyons sur mes photos n’existent plus ; ne résident plus que les rhizomes souterrains. J’attends donc le réveil :)

    J'aime

  3. C’est super d’avoir noté toutes les étapes ! Le mien (un seul rhizome) a poussé très vite aussi, je trouve ça assez incroyable. Je le fais pousser dans ma cuisine, ça semble bien lui convenir.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour ! C’était expérimental, d’où les dates et mesures. Cela me permet de faire quelques comparaisons avec ce qui se passe cette année. les rhizomes de l’an dernier ont redémarré à la fin du mois de mai. Dans l’ensemble, il est bien moins fourni que l’année dernière, une douzaine de tiges tout au plus, mais cela tient essentiellement au fait que je n’ai pas placé le pot au même endroit vue les températures trop basses présentes dans ma galerie même durant juillet et août. Il est donc en bonne place derrière la fenêtre de la cuisine exposée plein sud :)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s