Huile essentielle de saro

Le saro est un arbuste ou un petit arbre (de 3 à 5 m, parfois 15) qui poussait sur terre bien avant l’arrivée de l’homme (c’est un contemporain des dinosaures, ça donne une idée de son grand âge !). Semper virens, comme c’est souvent le cas sous les climats tropicaux, le saro porte de grandes feuilles allongées et brillantes, à la saveur brûlante. Ses fleurs s’épanouissent en septembre/octobre et donnent naissance à des baies en forme d’olive, brunes à maturité.

Dans la littérature, on appelle parfois le saro par le mot malgache de mandravasarotra, lequel signifie à peu de chose près ceci : « celui qui surmonte les épreuves et les difficultés », « celui qui combat et anéantit le mal ». Si ce terme en dit long sur la capacité du saro à s’opposer à bien des maux, je tiens tout de même à rapporter ici les propos de Simon Lemesle : « pour écarter tout risque de confusion, l’aromathérapie ne doit pas utiliser le nom malgache mandravasarotra, terme générique utilisé pour de très nombreuses plantes », de même que nous avons appelé « herbe sainte » toute une kyrielle de plantes. Enfin, vu comme les mandravasarotra fleurissent ici et là, pas sûr que le patron d’Astérale soit écouté pour le coup…

Le saro en aromathérapie

Tout comme niaouli, cajeput, ravintsara et autres eucalyptus, ce sont les feuilles fraîches du saro qu’on distille à la vapeur d’eau pendant 3 à 3h30. Le rendement, intéressant, se situe autour de 2 à 2,5 %, ce qui fait de cette huile essentielle, même en gamme bio, un produit relativement accessible (comptez 10 € les 10 ml).
Le parfum du saro, assez chaud et vert, est moins « frais » que celui des espèces citées ci-dessus. Cela tient essentiellement à sa composition biochimique et à sa teneur en 1.8 cinéole (ex eucalyptol). A titre de comparaison, quelques chiffres moyens indiquant pour chacune des cinq huiles essentielles listées leur taux en 1.8 cinéole :

  • Eucalyptus globuleux : 80 %
  • Eucalyptus radié : 60 %
  • Ravintsara : 55 %
  • Cajeput : 50 %
  • Niaouli : 50 %

Rappelons que ces taux sont variables et n’ont rien de figé. Il en va de même pour l’huile essentielle de saro, pour laquelle le taux de 1.8 cinéole peut varier du simple au triple : de 37 à 99,60 % !!! A l’extrême, on a affaire à de l’eucalyptol presque pur, ce qui laisse aux autres molécules une peau de chagrin. Selon les informations fournies par un producteur spécialisé dans les huiles essentielles malgaches, son saro annonce d’autres chiffres :

  • Oxydes (1.8 cinéole) : 37 %
  • Monoterpènes : 40 % (dont limonène : 16 %)
  • Monoterpénols : 13 %

On constate ici l’équilibre entre oxydes et monoterpènes, ce qui permet de placer cette huile essentielle à cheval entre l’air et le feu, même si elle est composée moins du second que du premier (les oxydes, c’est un peu un air bordé de feu, alors que les monoterpènes sont purement aériens). C’est peut-être ce qui explique le pouvoir moins asséchant de cette huile essentielle par rapport à celle d’eucalyptus globuleux par exemple. Profitons, une fois de plus, pour insister sur la question du chémotype. De telles variations de compositions moléculaires concernant une seule huile essentielle, c’est énorme. Le biotope y est pour beaucoup, même s’il ne représente pas l’unique facteur. L’on sait que le saro est, contrairement au ravintsara, un arbre typiquement malgache. Sa zone de vie se situe à l’ouest de Madagascar, dans l’Ampondrabe, patchwork végétal composé tant de zones humides que de zones sèches. Pour le saro, le lieu de vie semble déterminer la composition biochimique de son huile essentielle, de même que l’huile essentielle de clou de girofle est beaucoup plus riche en eugénol si on l’obtient à partir de girofliers « touchant le ciel ».

Propriétés thérapeutiques

  • Anti-infectieuse à large spectre : antibactérienne, antifongique, antivirale, antiparasitaire
  • Immunostimulante, immunomodulante, positivante
  • Expectorante, mucolytique, fluidifiante des sécrétions bronchiques, décongestionnante respiratoire
  • Antispasmodique
  • Anti-inflammatoire, analgésique
  • Neurotonique, neurotrope, musculotrope
  • Astringente, cicatrisante

Usages thérapeutiques

  • Troubles de la sphère pulmonaire + ORL : encombrement bronchique, bronchite, bronchite chronique, rhume, rhinite, sinusite, pneumonie, trachéite, toux
  • Infections bactériennes, fongiques et virales : infections digestives, urinaires et vaginales, fièvre typhoïde, septicémie ; grippe, zona, HPV ; mycoses unguéales, cutanées et vaginales, candidoses ; dans l’ensemble : prévention des affections hivernales
  • Inflammations : endocardite, péricardite, péritonite, méningite
  • Intoxication gastro-intestinale, pathologies entériques
  • Plaie, plaie infectée, ulcère atone, abcès, furoncle
  • Asthénie physique, nerveuse et intellectuelle, convalescence, déprime

Modes d’emploi

  • Voie orale
  • Voie cutanée
  • Olfaction
  • Diffusion atmosphérique

Contre-indications, remarques

  • Le saro est une bonne alternative aux ravintsara, eucalyptus, etc. car il contient moins d’oxydes et davantage de monoterpènes. Il a ainsi pour lui l’avantage d’être moins asséchant sur les muqueuses respiratoires et cutanées (au passage, rappelons que les eucalyptus furent très souvent plantés dans les zones marécageuses afin de les assécher…). C’est en particulier cela qui en autorise l’emploi chez le jeune enfant et la femme enceinte ou allaitant (même si, bien entendu, la prudence reste de rigueur).
  • Huile essentielle considérée comme non mutagène et non cytotoxique.

© Books of Dante – 2016

Publicités

Une réflexion sur “Huile essentielle de saro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s