Les huiles essentielles à oxydes

Avec un nom pareil, on pourrait s’attendre à quelque chose d’acide et de corrosif. C’est, du moins, ce qu’indique l’étymologie de ce mot. Mais il existe des oxydes alcalins, ce qui n’est pas le cas des huiles essentielles (heureusement !), encore moins de celles contenant des oxydes, dont le pH est plus ou moins acide. Cependant un certain nombre d’huiles essentielles sont constituées de molécules que l’on a regroupées sous le substantif d’oxydes. Découvrons-les, apprenons à les connaître.

Contrairement à d’autres classes moléculaires, celle des oxydes est relativement peu fournie dès lors qu’on recherche leur présence au sein des huiles essentielles :

  • 1.8 cinéole (ex eucalyptol) : eucalyptus globuleux (70 à 85 %), eucalyptus smithii (70 à 85 %), eucalyptus radié (60 à 75 %), cajeput (45 à 70 %), niaouli (40 à 60 %), ravintsara (52 à 58 %), saro (45 à 55 %), laurier noble (40 à 50 %), romarin officinal à cinéole (50 %), cardamome verte (30 à 45 %), lavande aspic (30 à 40 %), hélichryse mâle (20 à 30 %), romarin officinal à camphre (10 à 25 %), myrte commun (20 %)
  • Linaloloxyde : hysope couchée (55 à 60 %)
  • Pipéritonoxyde : menthe sylvestre (70 %)
  • Ascaridiole : boldo (16 à 25 %), chénopode vermifuge (40 à 80 %)
  • Menthofurane : menthe suave (52 %)

Nous nous concentrerons uniquement sur la première d’entre elles, la moins rare dans bien des huiles essentielles d’usage courant. Les autres, simplement mentionnées ici à titre indicatif, ne se prêtent pas véritablement à la pratique d’une aromathérapie quotidienne de par leurs propriétés neurotoxique et abortive (boldo, chénopode, menthe sylvestre, menthe suave). Seule l’huile essentielle d’hysope couchée peut être employée sans dommage aux doses physiologiques et sans crainte de regrettables effets secondaires.

1-8 cinéole
Molécule de 1.8 cinéole

Propriétés du 1.8 cinéole

  • Anti-infectieux à très large spectre d’action : antibactérien, antiviral, antifongique, antiseptique atmosphérique
  • Immunomodulant
  • Expectorant, mucolytique, décongestionnant respiratoire
  • Positivant
  • Tonique circulatoire
  • Tonique psychique

Domaines d’action du 1.8 cinéole

  • Grippe, bronchite, rhinopharyngite, rhume, sinusite, laryngite, trachéite, toux sèche, refroidissement…
  • Hépatites et entérites virales
  • Mycoses cutanées, gynécologiques et digestives
  • Douleurs arthritiques, rhumatismales et névralgiques
  • Déficience immunitaire grave
  • Asthénie nerveuse et physique, fatigue, burn out
  • Plaies, acné, herpès labial

Précautions d’emploi

Cette molécule jouit d’une excellente tolérance cutanée aux doses normales. A doses élevées, elle peut occasionner un assèchement de la peau et des muqueuses. En usage interne, un surdosage devient problématique. On observe tout d’abord des nausées et des vomissements, ainsi que des diarrhées. Au-delà, ce sont une altération de la conscience, des difficultés respiratoires, une hypotension et une hypothermie qui apparaissent. On évitera l’emploi d’huiles essentielles à 1.8 cinéole chez le sujet épileptique. De même, les huiles essentielles à 1.8 cinéole trafiqué (1.8 cinéole de synthèse) sont susceptibles de provoquer une crise d’asthme chez le sujet asthmatique.

© Books of Dante – 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s