Récolte : principes de base

Récolte-1

Débuter dans la cueillette des plantes

En tout premier lieu, s’armer de bonnes connaissances botaniques, compte tenu des centaines d’espèces que représente la biodiversité végétale nationale. Un bon guide d’identification des plantes n’est pas superflu. Il est tout à fait possible de rencontrer de faux amis, voire pire, des plantes toxiques.
Dans une situation ambiguë, abstenez-vous. Si vous le pouvez, faites une photographie afin d’identifier le végétal inconnu ultérieurement.
Petit à petit, en fonction de vos pérégrinations dans la Nature, vous apprendrez à mieux reconnaître les divers végétaux et garderez en mémoire les valeurs sûres, car qui dit naturel, ne dit pas forcément anodin.

Où récolter ?

Les espaces naturels ne manquent pas : forêts, bois, haies, taillis, etc. Cependant, vous devrez proscrire certains endroits tels que :

* les abords des routes et des voies très fréquentées, les zones d’activités industrielles, d’autant plus que les plantes captent les métaux lourds (plomb, cadmium, mercure, etc.).
* les lieux propices au passage d’animaux domestiques ou sauvages (bétail, chiens, renards, etc.).
* les bordures de champs traités aux pesticides et autres engrais chimiques.
* les réserves et parcs naturels (parfois, la législation interdit toute cueillette, renseignez-vous !)

Aussi, sortez des sentiers battus !

Quand récolter ?

Un calendrier de récolte saura répondre à cette question. En général, on cueille les plantes par temps sec et non orageux, après le lever du soleil, alors que la rosée s’en est allée… N’oublions pas de prendre en compte les différences de climat qui existent d’une région à l’autre et, que, parfois, la Nature est en avance sur notre calendrier !

Que récolter ?

Il va sans dire que cueillette ne rime pas avec carnage. Il est donc de bon ton de ne pas dévaster un espace. Il est préférable de cueillir une plante en petite quantité en plusieurs endroits plutôt qu’une grosse quantité en un seul endroit. On estime qu’il faut laisser sur place au moins 1/3 de chaque « gisement » afin que la plante puisse se régénérer.
Attention aussi aux plantes rares (dont certaines sont interdites à la cueillette même en dehors des parcs et réserves) et aux plantes qui présentent un cycle végétatif plus long.

Comment récolter ?

On s’entend pour récolter les grandes feuilles une par une, alors que les petites feuilles seront ramassées en branches et triées par la suite. Il en va de même pour les fleurs et les baies. Elles peuvent être ramassées une à une ou par grappe, si on à affaire au sureau, à l’argousier ou bien aux apiacées par exemple. C’est la taille ainsi que la fragilité de la baie qui indiquera la meilleure méthode.
Si vous récolter plusieurs espèces, ne les mélangez pas. Réservez-leurs un sachet chacune, en évitant les sacs en plastique qui retiennent l’humidité dégagée par les plantes, ce qui peut compliquer la conservation ultérieure. Préférez les sacs en papier ou en tissu, afin de garnir votre panier !

Récolte-2

Comment conserver vos plantes ?

La méthode la plus fréquemment utilisée est le séchage. Pour cela, on peut adopter de multiples moyens : soleil, four, étuve, séchoir !
Le mode de séchage le plus courant est la dessiccation à l’air libre. Cependant, il est bon de prendre en compte ces quelques critères en ce qui concerne le lieu de séchage. Celui-ci doit être sec, bien aéré, chaud (température comprise entre 21 et 33° C), sombre et dépoussiéré

Un grenier est idéal dans ce cas ! Vous pourrez y suspendre à l’envers des bouquets de plantes si elles sont entières ou bien en confectionner de minces couches sur des claies, par exemple. Pensez à les brasser une ou deux fois durant la période de séchage, inutile de les secouer chaque jour ! Ensuite, on peut étaler fleurs, feuilles et graines bien espacées sur un tissu posé au sol, ce qui nécessite de la place, bien entendu.
En ce qui concerne les tiges et les feuilles plus épaisses et/ou coriaces, un séchage au soleil ou dans une pièce plus chaude (30-35° C) que celle que nous évoquions précédemment est préconisé. Dans ce cas, il faudra remuer les parties plusieurs fois par jour.
Les racines, quant à elles, méritent un mode opératoire différent. Après les avoir bien lavées, on les fait sécher à l’air libre, dans un endroit sec exempt d’humidité. S’il s’agit de racines charnues, on les découpe en rondelles, on les dispose en chapelet et on les fait sécher à l’étuve. Dans le cas de racines mucilagineuses (mauve, guimauve, etc.), le séchage s’effectuera dans un four traditionnel à base température (50° C maximum). Écorces et bois sécheront au soleil.

Quant le séchage est terminé, vient l’heure du stockage. Les récipients tels que boîtes en fer, en grès, en verre, en bois, en carton sont de bons réceptacles. On peut également utiliser des poches en tissu. Certains auteurs indiquent des sacs en papier ou en kraft, mais d’autres les bannissent du fait qu’ils seraient susceptibles d’être la source d’une micro-pollution.
Placez vos récipients dans un endroit sec à l’abri de la lumière. Étiquetez et datez-les. Associez chaque récipient à une plante, afin de ne pas mélanger les arômes. Le thym dans le sac à thym, la menthe dans la boîte à menthe, etc.
Dernier détail : quel que soit le récipient utilisé pour le stockage, il est indispensable que celui-ci ne soit pas hermétique afin que l’air ambiant puisse y circuler.

Pour finir, il existe bien d’autres modes de conservation : macération dans l’alcool (il existe en cela de nombreuses recettes), préparation au vinaigre des plantes qui s’y prêtent (boutons de mauve, de pissenlit ; feuilles de pourpier, etc.)

Enfin, n’oubliez pas de témoigner reconnaissance et respect aux plantes que vous ramasserez et conserverez. Remerciez-les pour les bienfaits ultérieurs qu’elles vous procureront. Un petit mot gentil, une caresse à la plante dont on vient de saisir la voisine, c’est ce que je fais à chaque récolte.

© Books of Dante

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s