Le Pin Sylvestre (Pinus sylvester)

Le pin sylvestre est un arbre de taille et de forme variable en fonction du climat et de la nature du sol. Au grand maximum, il culmine à près de 35 m et porte généralement une couronne arrondie ou aplatie. De loin, le tronc paraît rougeâtre, les aiguilles bleuâtres. Rapprochons-nous. Du bout des doigts, touchons l’écorce. Rugueuse et écailleuse, elle présente, en effet, une jolie couleur brun-rouge caractéristique. Levons les yeux. Là-haut, le tronc porte une couleur bien plus orangée et les branches, des rameaux dont l’écorce est verte quand l’arbre est tout jeune, rouille et enfin grisâtre quand nous avons affaire à un vieux sujet. Et, partout, torsadées et piquantes, une myriade de paires d’aiguilles passant du bleu-vert au vert sombre avec l’âge.

Si nous sommes à la fin du printemps, nous aurons l’opportunité de voir réunis sur le même arbre des chatons mâles de couleur jaune soufre et de petits cônes ovoïdes femelles rougeâtres. Bien plus tard dans l’année, si nous revenons auprès du même arbre, il est fort possible que nous recevions une pomme de pin sur la tête. Ploc ! Alors, si elle nous apparaît brune et écailleuse, sur l’arbre, elle aura d’abord été verte aux écailles serrées, en forme de cône.

Face à cet arbre, nous pouvons nous trouver aussi bien en Europe qu’au nord de l’Asie, aussi bien en plaine qu’en région montagneuse, sur sols sablonneux, landes ou rochers.

En Extrême-Orient, le pin, de par son feuillage semper virens et sa résine imputrescible, est symbole d’immortalité. Les taoïstes n’en mangeaient-ils pas les graines, les aiguilles et la résine – nourriture suffisante – afin de rendre plus légère leur enveloppe charnelle ? Qui dit immortalité, dit longévité. Toujours en Chine, le pin s’organise en triades – d’une part avec la grue et le champignon, d’autre part avec le bambou et le prunier – qui symbolise cette puissance vitale. Au Japon, on associe le pin à la force inébranlable. A l’image du pin résistant aux assauts du vent, il est le symbole de ces Hommes dont les idées battues en brèche par les critiques ont résisté aux paroles infamantes.

Quant à la pomme de pin, elle est l’attribut de Dionysos. Comme nous le voyons sur cette image :

Image

Nous nommons thyrse ce qu’il tient en main. Ce dernier était confectionné d’une longe tige (thyrse, du grec thursos, tige) de férule commune (Ferula communis), une plante de la famille des apiacées assez proche du fenouil, au bout de laquelle était enchâssée une pomme de pin. On retrouve également ce thyrse à la pomme de pin chez Bacchus, Osiris, Thor, Adonis, etc.

ImageLa pomme de pain est l’expression de la fécondité et de la puissance vitale, de la permanence de la vie végétative et animale. Elle fut également un attribut de Cybèle, déesse de la fécondité, le pin étant la métamorphose d’une nymphe aimée du dieu Pan…

Retournons une pomme de pin, que voyons-nous ? Ceci :

Image

La spirale est symbole de développement cyclique. En elle, il y a émanation, évolution, rotation créationnelle. Cela n’est donc pas pour rien que la pomme de pin porte peu ou prou la même charge symbolique et, par extension, le pin lui-même.

Comme dans le labyrinthe, la spirale évolue à partir d’un centre, l’involution étant marquée par le retour au centre. Sans doute parce que le parallélisme pomme de pin/spirale évoque la cyclicité du rythme Vie-Mort à l’infini et met en exergue l’impermanence dans la permanence, l’équilibre dans le déséquilibre.

© Books of Dante – 2010

Découvrez mon nouveau livre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s