Qu’est-ce que la phytothérapie ?

ImageA la lumière de l’étymologie, on peut scinder le mot phytothérapie en deux racines grecques : phyton, qui signifie plante et therapeuein qui signifie remède, soigner. On peut donc dire qu’elle est la thérapie par les plantes. Il s’agit de l’emploi rigoureux et mesuré des plantes dans un but de guérison, de ces plantes dont on dit qu’elles sont res pharmaceutica (1).

Que vous preniez de temps à autre une petite infusion, cela n’est pas ça que « faire de la phytothérapie », d’autant plus s’il s’agit d’une infusion de confort (2). Cela serait tout à fait dommageable pour cette discipline qu’est la phytothérapie que de le penser.

La phytothérapie n’a que peu de rapport avec les remèdes de grands-mères, parfois appelés remèdes de bonne femme, expression teintée d’une valeur assez péjorative et qui est, de plus, une transformation désolante de l’expression d’origine : remèdes de bonne fame, autrement dit, remèdes de bonne réputation.

Voilà, en revanche, une expression qui est plus proche de ce que peut être la phytothérapie. Ces remèdes de bonne réputation, ce sont essentiellement les remèdes végétaux utilisés par la phytothérapie parce qu’ils ont fait la preuve de façon empirique de leur efficacité. Cette branche de la phytothérapie fait corps avec les pratiques les plus anciennes. Utiliser une plante de façon empirique parce qu’on connaît ses effets, effets dont on sait qu’ils sont reproductibles, c’est l’origine même de la phytothérapie.

Aujourd’hui encore, on utilise des plantes dont un certain nombre de propriétés et de constituants sont connus, mais pas tous. Pour d’autres, on ne sait pas comment elles fonctionnent réellement. La phytothérapie est donc une branche médicale qui s’enracine dans des pratiques vieilles de plusieurs milliers d’années. Et elle est aujourd’hui ce qu’elle est grâce aux travaux de générations de médecins, de naturalistes, de botanistes et de pharmaciens et elle est restée pendant des millénaires la thérapie d’usage, l’allopathie chimiothérapeutique (3) moderne n’étant qu’une invention relativement récente.

Depuis des millénaires, les usages empiriques des plantes dans un but thérapeutique ainsi que la reconnaissance scientifique progressive de certains de ces bienfaits ont écrit l’histoire de la phytothérapie. On peut dire qu’elle est la reine-mère de la thérapie par les plantes que l’on distinguera bien de l’aromathérapie (4) qui, bien que tirant ses pouvoirs des plantes, agit de manière tout à fait différente.

La phytothérapie n’est donc pas un vieux truc ringard comme le pensent malheureusement un certains nombre de médecins et de pharmaciens français. Fort heureusement, parmi ces médecins et pharmaciens, certains d’entre-eux ont aidé la phytothérapie à se débarrasser de « ses obscurités et de ses légendes » (5).

_________________________

  1. : autrement dit « chose pharmaceutique », plantes médicinales pour dire les choses simplement.

  2. : une infusion de confort diffère d’une infusion médicamenteuse dans le sens où elle emploie une plus petite quantité de plantes pour un volume d’eau identique.

  1. : thérapie moderne qui emploie des molécules de synthèse conçues chimiquement, calquées sur des molécules naturelles.

  1. : il s’agit d’une branche de la phytothérapie qui exploite les vertus thérapeutiques des essences volatiles contenues dans les plantes.

  2. : Docteur Henri Leclerc.

© Books of Dante – 2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s